ACTUALITÉ

Les derniers numéros de L’Intermédiaire

COLLOQUE 18 ET 19 JANVIER 2020 – PARIS

LES VULNÉRABILITÉS FAMILIALES :
SOURCES, RESSOURCES ET TRANSFORMATIONS

« Mon enfant, grâce à cette eau, tu seras désormais invincible. à toi désormais d’accomplir ton destin ! »

Thétis, mère aimante et protectrice tenant Achille par le talon le baigna dans le Styx. C’est par ce même talon qu’il périra touché pas la flèche de Paris guidée par Apollon, seul à connaître le point de vulnérabilité de l’invincible guerrier. La vulnérabilité est ontologiquement liée à notre être au monde (Dasein). Le manque à être, l’éprouvé fondamental et constitutif de la dépendance (néoténie) fait du petit d’homme un être absolument dépendant dès sa naissance. La préoccupation maternelle primaire (Winnicott), se constitue à partir de la reconnaissance de la vulnérabilité d’un autre, ici, le bébé. Le groupe, la famille restent le lieu privilégié à partir duquel s’expérimentent et se transforment les vécus de vulnérabilité. La vulnérabilité est un appel au groupe. Les vulnérabilités auront plusieurs destins : transformées, elles seront source de créativité et, a contrario, sans la ressource d’un étayage groupal familial, elles s’en trouveront majorées. La clinique nous enseigne que les vulnérabilités affaiblissent le sujet, la famille comme les institutions au point de les confronter à des souffrances telles que les ressources nécessaires à la mobilité affective et psychique ne sont plus disponibles. Pour le sujet, une des vulnérabilités les plus désarmantes est l’absence de reconnaissance de sa place dans la parenté ou le groupe d’appartenance. Ces événements peuvent être d’origine endogène ou exogène. Les institutions ont été conçues pour prévenir, accompagner et soigner les vulnérabilités : si elles sont inadéquates ou défaillantes, elles seront alors à l’origine de l’éclosion, du renforcement de nouvelles fragilités, voire de traumatismes. Nous faisons l’hypothèse que l’imaginaire trouve sa source dans le creuset des vulnérabilités. La vulnérabilité n’est pas synonyme de fragilité. L’écoute groupale et familiale de ces différents phénomènes est un outil thérapeutique précieux pour rendre compte et prendre en charge les souffrances associées.